Saintlouis.re

Ville de Saint-Louis et La Rivière

Culture

 

Se jouer des saveurs par des portraits photos recouverts de fruits et légumes péï, voilà comment les 110 élèves de l’école Ambroise Vollard et du collège Hégésippe Hoarau ont appris à découvrir les bienfaits et les saveurs de ces aliments.

Ces moments ont été capturés par les élèves avec le soutien de l’artiste photographe Marie Manecy.

C’est à ce titre que s’est déroulée l’exposition « De nature morte à la nature vivante » le vendredi 31 mai à la salle Moulin Maïs. Les élèves ont dû imaginer des recettes de smoothies pour expérimenter les différentes saveurs qu’ils découvrent.

Ce travail s’inscrit dans la valorisation de la culture réunionnaise et leur ont permis de développer des connaissances sur l’agriculture biologique mais également sur la valorisation de l’image de soi.

Au travers de cette expérience, les élèves ont découvert plusieurs corps de métiers notamment celui de la photographie, de l’agriculture et du journalisme.

Le vernissage s’est fait en deux temps permettant ainsi aux enfants et leur famille de découvrir les oeuvres  ainsi que le documentaire sur le travail réalisé par ces artistes en herbes en toute intimité, avant l'ouverture de l'exposition au grand public.

 

 

Le camion à rêves qui parcourt l'île s'est arrêté à l'école Paul Salomon le mercredi 22 mai dernier, pour partager avec les enfants et parents des histoires tout droit sorties des livres qu'il transporte de Mayotte à la Réunion, en passant par Madagascar.

Zao, jeune comédien a animé les marionnettes au gré des lectures d'Isabelle, la conteuse. Elle lit les histoires et au fur et à mesure les marionnettes prennent vie.

En partenariat avec le Contrat de ville de Saint-Louis, l'association la "Petite scène qui bouge" met en place des actions sur toute l'île, l'objectif est de donner le goût de la lecture et du livre de manière ludique et conviviale aux enfants et aussi de donner accès à des spectacles pour les familles qui habitent dans des lieux isolés.

Thomas, 11 ans, confie " quand j'ouvre un livre et que je commence à lire, je me sens libre".

 

 

L'association Zenfan Kabaré et le Contrat de ville lancent la 2ème édition du "Port' a nou an lèr maloya".

Il s'agit d'un atelier qui permet de découvrir dès l'âge de 6 ans le maloya sous toutes ses formes : chants, musique, percussions, fonkèr...

Il se déroulera du 13 mai au 19 décembre 2019 dans les quartiers suivants :

Le Gol, Bois de Nèfles Cocos, Roches Maigres, Palissade

 

Pour toutes vos informations : 06 92 41 43 31

 

 

A l’occasion de la journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions, une journée de sensibilisation s’est déroulée au centre de lecture de Bellevue.

Ce 10 mai avait pour but de définir le thème de la traite, ses causes et ses conséquences, et aussi permettre d’engager une réflexion sur la mémoire de l’esclavage.

Exposition commentée, projection documentaire et divers ateliers de jeux ont rythmé la matinée. L’après midi était consacré aux ateliers tels que tressages de coco, peinture de travail dans les plantations, slam et pour clôturer la journée remise des paniers faits en tressage de coco.

 

    

  

 

Pendant que certains commémoraient la victoire de 1945 par le traditionnel dépôt de gerbes, d'autres faisaient battre leur roulèr et sonner leur kayamb sous les poivriers de Moulin Maïs.

En effet, c'est à Bois de Nèfles Cocos dans le parc de Moulin Maïs, que s'est déroulé le pique-nique partage organisé par l'association Zenfan Kabaré le 8 mai dernier.

Après un repas copieux préparé par les membres de l'association et leurs familles, chacun de leur instrument s'est mis à jouer et chanter du maloya.

Les enfants ont, quant à eux, pu découvrir où redécouvrir des jeux lontan : capsule ou encore la marelle ont su divertir les plus jeunes. La journée s'est terminée par un rond maloya comme dan tan lontan.

 

L'association Coeur de rue, qui oeuvre à promouvoir la culture urbaine, et le Contrat de ville ont lancé un sacré défi aux jeunes Saint-Louisiens.

En effet, le samedi 27 avril, le gymnase de Roches Maigres s'est transformé en "dance-floor" le temps d'un concours chorégraphique.

Pour l'occasion, pas de thème imposé, hip-hop, dance-hall, maloya, koupé dékalé, les groupes ont rivalisé de talents sur différents styles musicaux afin de décrocher le titre du "best crew" de Saint-Louis.

Parmi les prétendants au titre, on retrouvait Julien et Brice, lauréats du 1er prix pour la chorégraphie la plus expressive du concours régional handi-danse qui s'est tenu le 9 avril à Sainte-Marie. Les 2 Saint-Louisiens iront défendre les couleurs de la Réunion au concours national prévu à Dunkerque en juillet.

C'est finalement le groupe Mafarow Gang qui a remporté le concours sur un afro Koupé dékalé. En plus du trophée, les jeunes seront suivis par les membres du jury, eux-mêmes spécialisés dans différents styles de danse.

Ils auront 1 mois, pour se perfectionner voire découvrir d'autres styles.

 

 

Le Karmon, ou carnaval "malbar" est un évènement encore peu connu à La Réunion.

A Saint-Louis, c'est dans le quartier du Gol que tous les 2 ans, et ce depuis des décennies que la communauté tamoule célèbre le karmon lors de la période de pâques.

Pour l'occasion, chacun confectionne lui-même son costume, souvent très coloré agrémenté d'un masque parfois très effrayant.

Au son des tambours et des cloches, à la nuit tombée, tous défilent dans les rues puis se rassemblent et dansent autour du "arasânikâl", qui sera brûlé à la fin des festivités.

Passionnés par cette fête traditionnelle, l'artiste Jean-Marc Lacaze et Caroline Donna Rumma ont photographié quelques uns des costumes pour les exposer et faire découvrir cette culture au plus grand nombre.

Ils réalisent actuellement un documentaire sur le karmon, où on peut y découvrir des témoignages sur la préparation de cette manifestation cultuelle.

Cette action financée par le Contrat de Ville dans le cadre du Fond d'initiative de proximité (FIP) a pu être menée également grâce au partenariat de l'association Gol action culturelle.

 

A l'occasion du vernissage, le 20 avril dernier, "tonton Luc", figure incontournable de cette culture était présent aux côtés des artistes à la Maison de projet du Gol où l'exposition est toujours visible.

"San mwin, na poin le karmon" résume-t-il. Il participe en effet, activement aux préparatifs du carnaval et est très fier de pouvoir transmettre ses savoirs aux plus jeunes.

 

Restez connectés

Inscrivez-vous à la newsletter

pour recevoir toute l'actualité de la Ville de Saint-Louis

ou suivez nous sur...