Actualités

 

Le Contrat de ville et l'association Ti planteur organisent des ateliers de jardinage pour les habitants des quartiers de Bois de Nèfles Cocos et du Gol.

Vous pourrez découvrir le plaisir de jardiner entre voisins, entre amis ou en famille.

Les ateliers auront lieu :

  • Au Gol : tous les mercredis à 13h30 à compter du 21 octobre

Angle Avenue Pasteur et rue Prétoria

 

  • A Bois de Nèfles Cocos : tous les lundis à 16h30 à partir du 19 octobre

Angle chemins l'Enclos et Cannes Purisies

 

Pour vous inscrire : association Ti planteur au 0692 35 19 83

 

Retour à La Rivière pour un jour, une centenaire, dans le quartier du Ouaki où vit Marie-Thérèse Gastrin qui fêtera prochainement son 102ème anniversaire.

Assise dans son pliant à l'ombre de la varangue, la petite dame pose un constat sérieux sur la société : "Mi regrette la vie lontan. Koméla les gens sont méchants et voraces, na pu de partage".

Aux côtés de son fils et sa belle-fille qui s'occupent amoureusement d'elle au quotidien, pour Marie-Thérèse, sa boule riz et ses feuilletons télévisés lui suffisent pour mener une vie paisible.

Sous sa capeline, son doux visage porte la sagesse qui n'appartient qu'à ceux qui ont déjà traversé un siècle d'existence.

 

 

Aujourd'hui, nous poursuivons notre tournée, un jour, une centenaire dans le quartier du Gol.

 

C'est là où Andréa Taye, a fêté son 102ème anniversaire le 2 février dernier.

Comme nos précédentes centenaires, des forces de la nature, cette dame confie tenir la corde de la vie grâce à des plaisirs simples.

 

Pour elle, pas une journée ne débute sans son riz chauffé.

 

Maman de 12 enfants, Andréa tient aussi grâce à l'amour de ses 21 petits-enfants et 25 arrière petits-enfants.

Elle profite elle aussi de moments paisibles auprès des siens dans le quartier du Gol où elle vit depuis son enfance.

 

 

Dans le cadre de la semaine bleue, semaine consacrée à nos gramouns, nous poursuivons la présentation des centenaires de Saint-Louis, un jour, une centenaire.

 

Raymonde Payet a fêté le 29 juillet dernier son 105ème anniversaire.

 

La petite dame, véritable modèle de quiétude, toujours le sourire aux lèvres et les yeux remplis de tendresse file des jours paisibles dans sa petite maison en bois sous tôle niché dans un petit coin de la Rivière.

 

Un lieu chargé de souvenirs où la famille aime à se rassembler.

Une maison que la centenaire refuse aussi de quitter et qui est sans nul doute le secret de sa longévité.

Enfants, petits et arrière-petits enfants sont présents au quotidien aux côtés de leur "mémé", pour savourer chaque précieux instant de vie.

 

 

Un ti 107 ans comme rien

Pauline Sileza

 

"Ensemble, bien dans son âge" est le thème retenu pour cette édition 2020 de la semaine bleue débutée ce 5 octobre.

Une semaine qui habituellement offre des moments de fête à nos gramounes.

Le contexte sanitaire contraint la municipalité à ne pas organiser de festivités cette année car la santé de ces zarboutan est une préoccupation de tous les instants.

Nous vous proposons, un petit retour en image sur les 5 centenaires de Saint-Louis, 5 femmes à laquelle une 6ème s'ajoutera le mois prochain.

 

« Un ti cent an comme rien » comme si elle s’était arrêtée de compter, comme si le temps s’était arrêté.

Mme Sileza Pauline, la doyenne de la ville, a fêté le 4 juin dernier ses 107 ans, pourtant si on lui demande, elle répondra qu'elle a 100 ans.

C’est toujours avec son magnifique sourire, que Mme Sileza nous accueille dans sa maison située à la Rivière où elle vit entourée de ses enfants, petits-enfants et arrières petits-enfants.

 

Tous aiment passer du temps en sa compagnie et apprécient notamment les moments où elle se confie sur sa vie.

 

C’est avec beaucoup de sagesse et de force, qu’elle nous raconte sa vie lontan, une vie de dur labeur dans les champs pour pouvoir nourrir ses enfants.

 

« Le travail y tue pas, regarde mes deux béquilles, zot la travaillé … » dit-elle.

 

Pour son gendre, cette force lui vient aussi du fait qu'elle n'entend plus très bien ce qui permet à son esprit de ne pas être pollué par toutes sortes de choses inutiles.

 

Centenaire, nout zarlor, notre trésor !

 

 

Classé au patrimoine mondial de l'Unesco le 1er octobre 2009, le maloya, chanté ou dansé au rythme d'instruments divers est surtout inscrit au plus profond de l'identité réunionnaise.

Les élèves de l'école Auguste Lacaussade du Tapage, quartier des hauts de Saint-Louis ne pouvaient manquer cette occasion "po craz un ti lambyans".

 

Sous la houlette de Rose Ollivier, directrice de l'établissement, ce 2 octobre, la cour de récré a pris des couleurs péi.

Les enfants de l'école ont rencontré pour l'occasion un zarboutan du maloya réunionnais, gramoun Sello qui depuis les années 80 n'a de cesse de promouvoir la tradition des anciens et de transmettre le virus du maloya.

Il a fait découvrir à nos "maloyeurs en herbe" les instruments qui font vibrer notre vrai maloya traditionnel.

 

Roulèr, pikèr, sati, bob, congas, kayamb, cymbalettes, maracas ou encore toma sont les instruments qui, le temps d'une matinée, ont fait vibrer la cour de l'école mais aussi "lo kèr" de nos plus jeunes.

 

 

Ville de Saint-Louis

Mairie de Saint-Louis

125 Avenue Principale

97450 Saint-Louis

Tél : 0262 91 39 50

 

Horaires d'ouverture

Du lundi au vendredi de 8h à 16h