Saintlouis.re

Ville de Saint-Louis et La Rivière

Séniors

 

Comme tous les 3ème dimanche du mois, notre 3ème jeunesse s'est retrouvée dans la fraîcheur des Canots pour son traditionnel thé dansant.

Cet événement devenu incontournable est organisé par le service promotion de la famille du CCAS de la ville et permet de sortir ces personnes de leur isolement le temps d'un après-midi.

Plus d'une centaine de personnes était réunie dans l'école Jules Ferry pour danser sur tous les styles de musique.

 

 

Le service Promotion de la famille du CCAS de Saint-Louis poursuit sa tournée des quartiers.

Après les thés dansants de la, Palissade et du Ouaki, c'est à un déjeuner dansant dans la fraîcheur des Makes, que les gramouns étaient conviés le dimanche 18 août.

Après s'être déhanchés sur du séga, maloya ou de la valse, nos aïeux se sont réunis autour d'un bon repas créole.

 

 

Elsa et Ginet Cadet célébraient le dimanche 21 juillet, leurs noces d'orchidées.

Pour l'occasion, leur fils Michel et son épouse ont réservé une fête surprise aux deux tourtereaux.

En effet, après les avoir sortis de chez eux sous de faux prétextes, famille et amis se sont tous réunis chez les époux. Ce n'est que plus tard dans la matinée que Elsa et Ginet, émus, découvrent les invités sur un air d'autrefois joué par un orchestre en cuivre.

Après une messe de bénédiction de leurs 55 années d'amour, c'est autour d'une paëlla géante que tous ont célébré l'évènement.

 

Les dames du quartier étaient réunies au case Méroc à Roches Maigres "po un kozé" autour d'un petit café, le mercredi 26 juin.

Si le thème du kozman était le lycée Antoine Roussin, les dames avaient bien d'autres anecdotes à partager.

Bana y di tan tan lontan, navé poin lékol Roches Maigres.

 

"Nou té desan a pié et san savate ziska lékol lé sèr en ville"

 

Aujourd'hui école privée, elle était auparavant la seule école du coin.

C'est également au centre ville qu'elles se retrouvaient pour s'amuser dans les deux boîtes de nuit, la Colombe d'argent et la Glacière qui ont fermé depuis.

Certaines de ces dames sont nées et ont grandi dans le quartier, d'autres sont installées là depuis plus de 40 ans.

Si on leur demande, ce qui leur manque de leur passé, elles répondent toutes d'une même voix : nou té misère mé nou navé dé valeurs, surtout le respé. Zordi na pi tou sa.

 

 

L'ambiance est guillerette du côté du LCR les Seychelles à la Zac Avenir en ce jeudi 27 juin.

Plus d'une dizaine de personnes âgées y sont réunies pour participer à un atelier de cuisine mis en place par le CCAS. Chacun met la main à la pâte pour trier les brèdes, préparer les épices, le tout agrémenté de grands éclats de rire car ces ateliers sont aussi l'occasion de se retrouver pour se raconter toutes sortes d'histoires.

Au menu du jour, rougail saucisses, cari de poissons, riz, lentilles, brèdes mouroung et pour le dessert une confiture de patates douces.

Les ateliers de cuisine sont comme toujours de vrais moments de partage. Chacun rajoute au cari, son petit secret et tous les ingrédients qui font les bons petits plats de mémé et pépé.

 

 

La ville de Saint-Louis a invité notre 3ème jeunesse à un thé dansant, le dimanche 9 juin à la Palissade.

Tout l'après-midi, nos gramouns se sont déhanchés sur du séga, de la valse, du soca dance ou du madison... Il y en avait pour tous les goûts.

Pendant que certains préféraient la piste de danse, d'autres savouraient les pâtisseries servies par le service Promotion de la famille.

Au mois de juillet, un autre quartier accueillera ce thé dansant pour le plus grand plaisir de nos aïeux.

 

 

Pauline Sileza, doyenne des Saint-Louisiens a célébré le mardi 4 juin, son 106ème anniversaire.


Comme chaque année, depuis ses 100 ans, c'est d'un pas alerte et le sourire aux lèvres qu'elle accueille sa famille et ses proches.

Toujours le mot pour faire rire, elle reste également très attentive à ce que ses invités aient un verre à la main et quelque chose à grignoter.
Coquine, quand on lui demande son âge, elle répond en souriant : "un ti 100 ans comme rien". Elle aime aussi à rappeler que la force qui est la sienne malgré son grand âge, lui vient du dur labeur qu'a été sa vie autrefois. Elle a travaillé dans les champs ou chez les gens pour nourrir ses 3 enfants.

Pour son gendre, cette force lui vient aussi du fait qu'elle n'entende plus très bien ce qui permet à son esprit de ne pas être pollué par toutes sortes de choses inutiles.

La sagesse qui émane du visage de la petite mémé, se retrouve aussi dans le regard de ses enfants, petits enfants et arrière-petits enfants émus et fiers d'avoir à leur côté une telle force de la nature.

La 1ère adjointe, Rose-May Vynisale, déléguée aux personnes âgées n'a pas manqué de venir saluer la doyenne avant de rendre viste à Angeline Lecomte qui elle fêtait ses 101 ans, le 28 mai dernier.

Saint-Louis compte actuellement 6 centenaires.

Restez connectés

Inscrivez-vous à la newsletter

pour recevoir toute l'actualité de la Ville de Saint-Louis

ou suivez nous sur...